Réduire son impôt tout en gardant de la flexibilité

Les contribuables qui cherchent à défiscaliser régulièrement pour assurer une flexibilité à leur trésorerie peuvent se tourner vers quelques solutions éprouvées. Ces dispositifs sont de réels instruments de création de rentes, en particulier dans l’optique de préparation de la retraite.

Le Plan d’Epargne Retraite Populaire (PERP)

Créé en 2003 afin d’inciter les particuliers à épargner, son succès ne faiblit pas. Incontournable, il revient à souscrire un contrat d’assurance-vie, avec la possibilité de gérer financièrement les sommes investies. La sortie du PERP se fait lors du départ à la retraite sous forme de rente viagère. Cependant, la sortie en capital est également envisageable, à hauteur de 20 % maximum.

Le principal avantage du PERP est la possibilité de déduire du revenu imposable jusqu’à 10 % des revenus professionnels dans la limite de 8 fois le Plafond Annuel de la Sécurité sociale (PASS). Au sortir de la vie active, les rentes constituées sont alors soumises à l’impôt habituel sur le revenu et aux prélèvements sociaux. Le site Fiscalement.fr est à même de prodiguer les conseils les plus judicieux pour dresser ce plan de retraite.

La loi Madelin

La loi Madelin concerne spécifiquement les travailleurs non-salariés non agricoles (TNSNA). Elle confère aux détenteurs d’un contrat dit Madelin le bénéfice d’une déduction des versements afin de compenser les faiblesses des régimes généraux en matière de protection sociale.

Cette déduction consiste en un forfait de 10 % du PASS ou alors, est calculée sur la base de 10 % des revenus professionnels limitée à 8 fois le PASS, majorée de 15 % pour la part des revenus compris entre 1 et 8 PASS. Il est possible de cumuler le contrat Madelin avec un PERP voire un Plan d’Epargne pour la Retraite Collectif (PERCO). Auquel cas, les versements ouvrant droit à l’abattement sur les autres lignes seront soustraits du plafond de la déduction Madelin.

OTSI